UNE NOUVELLE ÉCONOMIE AFFECTIVE exposition à Kogan gallery

Accommodement

L’exposition présente une étape du projet « Une nouvelle économie affective » à Kogan gallery. 

L’économie affective représente des manières de vivre simples, économes et exprime les sentiments du vivant et du commun. Valeur des signes, sentiment de sa propre existence, amativité des choses, vie dans la forêt, … Des manières de vivre qui vont à l’encontre d’un monde hyper-technologique, consumériste et pulsionnel et qui sont autant d’expériences pour en penser un autre. Cette culture des milieux est développée à travers 20 concepts, esséité, signifiance, accommodement… ; l’exposition présente des images de ces concepts.

Dans l’exposition est décrit le processus de travail de cette première étape. D’abord via une représentation quasi immédiate, sans jugement et personnelle des concepts de l’économie affective sous forme de croquis. Puis une seconde représentation de l’ensemble des concepts de manière plus formalisée : dans celle-ci chaque élément du concept (empathie et sympathie, état d’autrui, valeurs, complémentarité, etc.) est traduit par une caractéristique visuelle : contact, angle droit, arrondis, torsion, groupements, … Ces caractéristiques sont déclinées formellement (images abstraites) ou à travers des postures. Enfin huit dessins présentent une tentative pour synthétiser ces deux approches, de la première sont retenus les éléments contextuels et sociaux qui permettent de saisir le concept plus directement, de la seconde sont choisis les éléments qui permettent de comprendre la construction abstraite du concept.

 

crédit photo : Diana Righini et Nicolas Guillemin

DESSINER l’économie affective

[Jeu_de_tarot_français_à_[...]_btv1b10510159t.JPEG[Jeu_de_tarot_français_à_[-4...]_btv1b10510159t.JPEG[Jeu_de_tarot_français_à_[-3...]_btv1b10510159t.JPEG

 

 

 

 

 

 

 

L’objectif de cette session hivernale de travail est de réaliser une suite de 20 dessins. Ces dessins sont la représentation de concepts, amativité, exonomie, sensonance,…

Ils sont pensés pour fonctionner ensemble comme une théorie visuelle. Un peu comme le tarot de Marseille, mais sans son côté mystique*. Les cartes du jeu de tarot sont aussi une source d’inspiration, leurs images sont organisées ( les 4 âges, les 4 périodes du jour, les 4 éléments, les 4 loisirs, les 4 saisons, le jeu, la folie) et montrent les formes de vie d’une époque (les jeux des enfants, l’art, la tonte des moutons,…).

Le projet est de traduire les 20 termes de l’économie affective sous la forme d’images. Ce travail inclut deux aspects, une recherche sur le concept (notions imbriquées, relations aux autres concepts, définition) et une autre sur la mise en image de formes de vie. Des formes de vie essentielles, soit menacées ou invisibles, soit à inventer.

* le tarot divinatoire est aujourd’hui utilisé de manière occulte, dans le sens d’une tradition que seuls les adeptes connaissent. On peut voir le tarot autrement, d’abord historiquement, le tarot représente des figures de la société de la toute fin du Moyen Âge, sous cet aspect il est plus proche d’un jeu de 7 familles, ou des images du jeu de tarot, le tarot français. Ensuite, le tirage permet de donner place au hasard dans le jeu de lecture du tarot. Il est la traduction de la présence du hasard dans notre existence. Et dernièrement, plutôt que de considérer, le sens donné par les carte comme une divination, l’énoncé d’une destinée, on peut le considérer comme une réponse, une proposition de vie ou une interprétation que les cartes et le tireur de cartes formule.