TRANSMISSIONS VEGETALES I recherche sur les relations plantes-humains

avec Agnès Prévost

EXPOSITION ET LANCEMENT DES EDITIONS

TV1

Les plantes sont de grandes faiseuses de formes. En ville, c’est souvent une raison importante pour partager notre quotidien avec elles. Pour autant, elles ne se réduisent pas à des choses muettes, ou de simples ornements. Leurs formes, leurs besoins, leurs rythmes et leurs modes de croissance sont des signes qui pénètrent et agissent sur le monde humain. Ainsi les plantes fixent un imaginaire, dessinent ou maintiennent une mémoire, supportent des valeurs, inspirent des conduites. Les vies des plantes à bien y regarder s’infiltrent dans nos existences et les meuvent. Comment alors les plantes signifient-elles pour nous ? Quels mondes possibles imaginons-nous et cherchons-nous à engendrer avec elles, parfois à notre insu ? Agnès Prévost et Nicolas Guillemin s’intéressent depuis longtemps à ces questions formelles et sémiologiques, et aux continuités empathiques et politiques qu’elles engendrent.

Lire la suite

AUBAINE groupe de travail

papier_decore01
Il y a des choses qu’on peut faire tout seul et des choses pour lesquelles on a besoin des autres. Certaines sont clairement définies, rendues possibles par l’organisation sociale et la division du travail, tandis que d’autres sont plus informelles. En tant qu’artiste, écrivain, etc. nous nous retrouvons souvent dans la situation de demander à un proche, un camarade d’atelier, de relire un texte, ou donner son avis sur l’état d’avancement d’un tableau ou de participer à une performance. Sans ces coups de main peu d’oeuvres verraient le jour. Ces aides relèvent de ce que Pierre-Joseph Proudhon qualifie « d’aubaine », Lire la suite

IPSÉITÉ

par Sébastien Loghman

Mes doigts sur le clavier ont dérapé… Au lieu d’écrire ‘dessin’, j’ai écrit ‘destin’.

Si un robot avait des mains mécaniques et les utilisait pour taper sur mon ordinateur, cette erreur aurait eu statistiquement moins de chance d’arriver. Si le signal avait été envoyé par ondes (car il serait laborieux de donner des mains à une machine pour communiquer avec une autre), encore moins de chance… C’est le destin de l’homme et la machine. Lire la suite

CARTE des collages à Arles

carte_dessins.jpg

• Derrière « Taco » près de la gare SNCF • Devant le collège F. Mistral, côté Rhône • Près des thermes, côté Rhône • Sur le chemin des pêcheurs en-dessous des quais • Quai de la Roquette, juste à côté du nouveau pont • Boulevard Saint-Georges, derrière le panneau Pays d’Arles • Devant le puit, rue de la Roquette.

 

 

RÉSIDENCE L’OPÉRA, Arles

62539248_2297435390371827_206474625700331520_n
Dessins au traceur coloriés au feutre, singrammes, juin 2019, Arles

Lors d’une résidence à l’Opéra à Arles, j’essaie de mettre en relation les dessins de la nouvelle économie affective avec des lieux de la ville. Pour effectuer un choix, je suis parti du thème de l’eau. 7 dessins, représentant 7 concepts de la nouvelle économie affective vont être collés dans la ville : sensonance, ipséité, pensage, outrespection, extension, intrication, incidence. Quelques dessins ont été complété pour y introduire la présence d’une rivière, d’un marais, … Les lieux de collages ont été choisi par rapport au décor de chaque image, train, terrain de jeu, lieu de soin.

Pour en savoir plus sur l’étude une nouvelle économie affective

image.png
Notes de résidence